LivreSansPage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 2 décembre 2008

Cours d'info...

Cours d'introduction aux métiers et domaines de l'informatique. On reçoit le projet de session : créer un petit site web sous Microsoft FrontPage en utilisant bien toutes les jolies composantes personnalisées de ce fabuleux outil. Plusieurs choses me gênent dans ce projet.

La première est certainement de faire apprendre une méthode de développement d'un site web en utilisant des fonctionnalités spécifiques d'un logiciel. Qu'est-ce que cela signifie ? Si au final je deviens un as de FrontPage, que je réussis à monter un petit site Internet fort acceptable avec cet outil, qu'advient-il de mes compétences une fois que, lorsque mes études seront terminées et lorsque je serai engagé par un employeur, je doive utiliser un autre outil, une autre plate-forme de développement ? Les webbots dans FrontPage, ça a beau être pratique, c'est loin d'être normalisé et présent dans une foultitude d'autres logiciels.

La seconde est de devoir travailler exclusivement à l'école sur des ordinateurs publics, à moins de pirater le logiciel. On ne me fournit pas une copie et une licence d'exploitation du logiciel, alors je suis bien obligé d'utiliser les postes de l'école pour travailler, puisqu'il n'y a que là que je dispose d'une installation utilisable de FrontPage. Je n'ai aucune envie de débourser un quelconque sou pour acheter un logiciel fort cher qui ne me servira que pour réaliser un seul projet dans le cadre de mes études. (Et je ne peux pas utiliser de version de démonstration de FrontPage parce que point 3.) Je trouve fort dommage de devoir me déplacer à l'école pour travailler, plutôt que de travailler à partir de chez moi, surtout que mes horaires de disponibilité pour travailler sur le projet ne correspondent peut-être pas tout à fait aux heures de disponibilité des laboratoires de micro-informatique et que la disponibilité d'un poste de travail pour toute la durée de mon travail n'est pas garantie.

La troisième est de nous instruire à utiliser un logiciel obsolète. FrontPage n'est plus développé par Microsoft depuis 2006, remplacé depuis par Expression Web ou SharePoint Designer. Or, certaines des fonctions de FrontPage que l'on nous apprend à tirer si brillamment profit semblent tout simplement avoir disparu des dernières versions de Expression Web et SharePoint Designer.

Évidemment, aucune discussion possible pour ce projet parce que ce projet-ci est planifié ainsi, ce qui ne nous empêche pas de proposer au professeur de revoir sa copie pour les sessions à venir. Au moins, je me réjouis de constater que je ne suis pas le seul mécontent, et surtout que d'autres vont aussi voir ailleurs si d'autres produits et d'autres méthodes de développement sont plus efficaces que celles imposées par le professeur.

'Computer2', par Nouseforaname
"Computer2", par Nouseforaname

jeudi 15 novembre 2007

Je crois savoir écrire

Les compétences en français, selon la Ministre de l'Éducation, du loisir, du sport sentier chasse pêche, Michelle Courchesne, à Tout le monde en parle : « Savoir lire, comprendre des textes et je crois savoir écrire. »

Quand on regarde les travaux d'élèves, on se rend compte que la dernière compétence (je crois savoir écrire) est très très bien réussie par la quasi totalité des classes. Cath de s'exclamer : « C'est génial, ça ! Une victoire ! Pourquoi est-ce que les médias n'en parlent pas  ? » Les médias s'en donnent à coeur joie pour montrer les ratées du système d'éducation au Québec ; pour une fois qu'il y a une réussite, mettons-la de l'avant !

mercredi 10 octobre 2007

Manqué l'assemblée

Alors là, je m'en veux vraiment. Quand j'ai reçu le courriel, la semaine dernière, de la part de mon association étudiante (ADEESE-UQÀM) qui m'invitait à assister à l'assemblée générale extraordinaire de ce midi, je me suis promis de m'y rendre. En effet, il allait, entre autre chose, être discuté de la position de l'Association face aux dégels des frais de scolarité et la hausse des frais afférents. Certainement que des informations sur la grève étudiante qui se prépare tranquillement auraient filtrées… Mais une semaine plus tard, à cause d'un mal de tête, j'ai préféré rester couché aujourd'hui et ne pas me rendre à l'université ; j'ai manqué cette rencontre ! :'(

La principale raison pour laquelle je voulais m'y rendre était que je voulais poser une question toute simple : quelles actions ont été posées par les diverses associations ou regroupement d'associations avant de proposer aux étudiants de démarrer une grève générale illimitée ? Je me reproche un peu de ne pas me tenir au courant de l'évolution de la situation, et assister à la rencontre m'aurait permis de rattraper ce retard et de m'informer de la suite des événements cet automne.

Lire la suite...

mercredi 18 avril 2007

Lire à tout prix ?

Je viens de lire le billet “Lire à tout prix?” écrit par le Prof Maudit. Évidemment, ce sujet qu’est la transmission du goût ou du besoin de lire aux enfants m’interpelle. “C’est sûr, puisque tu veux devenir prof !” Oui, en tant que futur enseignant, la capacité d’un jeune à savoir bien lire et écrire est important selon moi. “Mais tu étudies en concentration univers social, pas en français !”, pourraient dire certains. Si je devais à tout prix me justifier, je pourrais bien dire que lire est un élément de culture, de partage et de construction de son être, en tant qu’individu et en tant que personne sociale, et donc que la lecture permet d’influencer notre société. Mais être un amoureux des livres serait-elle une raison suffisante pour vous ?

«Comment donc que j’peux y’en faire lire plusse?» Cette phrase m’a rappelé un évènement qui s’est produit il y a quelques semaines à la bibliothèque où je travaille actuellement. Une mère passait au comptoir et me demande des suggestions de romans jeunesses pour son adolescente. Je l’avoue : je ne suis plus trop au fait de la littérature jeunesse. Néanmoins, je questionne la mère (puisque l’ado n’était pas présente) sur le type de livres qui intéresseraient sa fille. Elle demande des romans ni trop courts ni trop longs et de genres variés, car elle ne sait pas trop quels genres sa fille préfère. Je recherche quelques titres (en fait, ce qui sort le plus en ce moment) et les lui propose, afin qu’elle choisisse un livre ou deux.

Jusque là, rien de bien aberrant. Sauf que la mère part finalement avec la totalité des suggestions que je lui ai exposées. Avec la ferme intention de tout faire lire à sa fille adorée. “Dans ma jeunesse, j’adorais tellement lire ! Je voudrais tant que ma fille partage cette même flamme… Avec tout ce choix, il est impossible qu’elle ne trouve pas chaussure à son pied et qu’elle ne développe pas le goût de lire !” J’ai été choqué.

Le billet du Prof Maudit est grandement intéressant en ce sens qu’il présente la distinction entre savoir lire et aimer lire. On peut savoir lire sans aimer lire, et pourtant ce sont deux choses que beaucoup estiment trop souvent comme étant indissociables. Le cas de la mère m’a choqué parce qu’elle n’a pas compris que sa fille n’aime peut-être pas lire. Pour cette mère, il était impensable que sa fille n’aime pas la lecture car elle aime la lecture. Les gens sont tous différents et ont des goûts, des attirances, des intérêts, des besoins différents.

Lire la suite...

- page 1 de 3