En janvier, un ami est revenu d'une session d'études en France. Il y était allé tout l'automne.
Il est revenu juste à temps pour fêter le départ d'une de nos amies qui part étudier à Bruxelles jusqu'à juillet.
Une autre amie et son amoureux n'ont pas pu être présents à cette fête, étant en voyage au Mexique à ce moment-là.

Au travail, un ancien collègue est venu nous saluer. Il revenait d'un long séjour en Amérique Centrale, et pense profiter du fait de ne plus étudier jusqu'à l'automne prochain pour aller travailler à l'étranger (en France probablement). C'était quelques jours avant que j'aille pendre un café avec une ancienne collègue de travail, qui partait vivre en Angleterre pour une durée indéterminée.

Enfin, je suis sorti au cinéma il y a deux semaines avec une amie. Ça y est, son voyage est planifié : elle part à St. Marteens en fin de semaine. Finalement, parce que leurs horaires ne concordent pas, elle n'ira pas rejoindre son amie partie explorer l'Europe.

Aujourd'hui, je suis allé travailler.


«Bombay», par Stefan Sicher (Desktopography 2007)

Je donne probablement l'impression que je me plains de l'hiver. J'aime bien l'hiver. Même si à certains moments c'en est exaspérant, j'aime regarder dehors toute cette neige blanche. J'aime vivre dans un climat où il y a quatre saisons très marquées et différentes. Il n'empêche : janvier aura été le mois où plusieurs amis seront allés "voir ailleurs", et moi aussi j'ai envie de ces ailleurs.