Personnellement, ce qui me motive en premier lieu (je ne jouerai pas à l'autruche) à assister des utilisateurs ayant de la difficulté avec leurs programmes ainsi que de travailler à la rédaction de documents, c'est le sentiment d'estime de soi qui découle de ma participation informatique. Plus encore que l'idéologie du logiciel libre, ce qui me pousse sans cesse à revenir participer dans les forums d'Ubuntu-FR, à écrire, relire et corriger la documentation du site, et en ce moment à aider à la réalisation de la nouvelle interface du site est que je considère que mon apport est utile, et cela me procure un sentiment de fierté incroyable. Prenez cela pour de l'égoïsme si vous le voulez, car je pense à mon propre plaisir avant tout.

La dimension communautaire est aussi importante, car elle bonifie ce sentiment de fierté. Comme le mentionnent Poupoul2 et Fouminux, l'homme est un animal social. Et l'interaction avec les autres visiteurs et membres de la communauté d'Ubuntu-FR ainsi que leur contribution me motive à y retourner. Un effort d'équipe, le soutient moral, la reconnaissance de sa contribution par les autres est un important facteur accentuant la motivation. En ce qui me concerne, si je ne m'attriste pas quand on ne me remercie pas lorsque j'aide quelqu'un (puisque j'ai l'impression que lorsque j'aide une personne [dans un forum ou en écrivant de la documentation], j'aide les utilisateurs de manière générale et qu'éventuellement ma contribution servira à quelqu'un), j'apprécie tout de même qu'on démontre de l'appréciation pour mon assistance.

L'idéologie du logiciel libre me rejoint, et j'aime contribuer au libre. Tout comme pour la dimension communautaire, je qualifierais le logiciel libre comme bonifiant ma motivation. Puisque le libre vise le partage et l'échange des connaissances et des aptitudes, il est évident que le libre me rejoint. Néanmoins, je ne refuse pas mon aide lorsqu'une personne me demande de l'assistance ou des conseils à propos de logiciels et solutions propriétaires. Je ne peux donc pas qualifier l'idéologie du libre comme étant un facteur essentiel de motivation à m'impliquer

Le logiciel libre transcence Linux lui-même, il ne faut pas s'arrêter à lui uniquement. Bien d'autres logiciels sont libres : Mozilla Firefox, OpenOffice.org, Pidgin, The GIMP... 

Pour terminer, j'aimerais réagir au propos d'Octave Berry dans son billet Parce qu'il est très vrai... que nous lie Popi (commentaire #6). Je mets ma réaction en fin de billet puisque je trouve que le sujet n'est pas le même :

Je ne peux pas m'objecter à ce que prétend Octave si ses propos le concernent. Or, de la manière dont son billet est rédigé, j'ai l'impression qu'il tente de répondre à la question du choix de l'utilisation de GNU/Linux par une réponse universelle, englobant donc tous les utilisateurs de Linux : parce que Linux c'est geek. Il tente de nous faire adhérer à son point de vue par l'utilisation de sophismes : [La sécurité, la gratuité, la liberté, la personnalisation], c’est juste au final des conneries de marketing. On dit ça aux non-Linuxiens parce qu’ils ne comprendraient pas les vraies raisons. Et à force de donner toutes ces fausses raisons, nous finirions par y croire nous même. [...] Parce que, osons le dire, nous voulons être spéciaux. Je ne peux qu'être en désaccord avec cela : a-t-il questionné un échantillon assez représentatif de Linuxiens pour conclure que ce qui est plaisant dans Linux est le sentiment d'appartenance à une élite informatique, des utilisateurs supérieurs au petit peuple ignare, des rebelz plus intelligents que le péquin moyen parce que Linux nécessite de la bidouille ? j'en doute. Oui, il doit y en avoir pour qui l'aspect "bidouille" est l'élément qui les intéresse dans Linux. Oui, il doit assurément aussi y en avoir pour qui la motivation première est uniquement d'être différent de la masse en utilisant autre chose que ce que la masse utilise. Mais j'ose espérer que ce n'est pas l'unique motivation de la majorité des Linuxiens.