Eh bien, j’en ai cherché, un titre pour cette nouvelle. Malheureusement, je suis un éternel insatisfait, et le titre de cette nouvelle est resté trop longtemps Titre. Alors, voilà, je l’ai nommée Au sommet pour le moment ; si vous avez une idée géniale, n’hésitez pas ! Un titre, ça se change s’il y a une meilleure option. ;)

Tu soutiens mon regard quelques secondes, impénétrable, puis le dévies dans le vague des nuages qui galopent au-devant. Tu ne dis rien. Tu n’en as pas besoin. Ton silence est si criant, tant révélateur. Je regarde le coin de tes yeux verts, le bout de ton nez rond, la commissure de tes lèvres ; rien ne bouge, rien ne frémit. Je lève les yeux vers le zénith et les clos. Ils s’embuent, ils s’embrument, je ne veux pas que tu le remarques.

Il m’arrive de prendre un fragment de ma vie, une toute petite phrase entendue ou lue, et d’halluciner une histoire autour de celle-ci. C’est le cas ici. Je ne saurais dire si j’aimerais qu’elle se produise réellement. Mais actuellement, elle me ronge… elle me ronge.