Ce fil comporte des passages au langage vulgaire pouvant ne pas convenir à un jeune public. La supervision des parents est conseillée.

L’autre jour, j’ai joué au conducteur désigné après une soirée de fête chez un ami. Osti ! je suis parti de chez lui à 1h30 le matin, et à 4 heures je venais à peine d’arriver chez moi !!!

Le trajet : partir de chez mon ami à Varennes pour aller reconduire une amie au centre-ville de Montréal (métro Mont-Royal), puis reconduire un autre ami à sa résidence de l’Université Concordia (Montréal-Ouest), puis un autre ami à Longueuil, pour terminer par déposer un ami à Beloeil avant que je rentre chez moi.

Pour nous rendre de Varennes à Montréal, pas de problème : en une vingtaine de minutes, nous avions passé le pont Jacques-Cartier. Pour nous rendre jusqu’au métro Mont-Royal, problème. Nous sommes montés par le boulevard Saint-Laurent ; câlisse, il y a du traffic et de la construction à 2 heures et quart le matin, câlisse ! Ça avançait pas ! On est resté assurément une bonne quinzaine de minutes à la même osti de lumière rouge ! (Et non, ce n’est pas une expression : ça nous a pris au minimum 15 minutes à traverser un criss de feu de circulation !)

Pour aller reconduire ami#2 à son dortoir de Concordia, il a aussi fallu faire mille osti de détours parce qu’il y avait de la construction partout ! Et puis en plus, je me suis trompé de chemin (oups!).

Ensuite, nous sommes allés reconduire ami#3 chez lui à Longueuil. Nous sommes passés par le pont Champlain : yeah, de la construction, pis des osti de chauffards qui arrêtent pas de nous clancher comme des osti de malades par la droite dans une voie dans laquelle ils n’avaient pas le droit de rouler quand je roule à 80 km/h dans une zone de 50 km/h ! Bouzeux !

Est venu le tour d’ami#4 : petite trotte de 20 minutes en ligne presque droite et, pour une fois, sans construction. Bref moment de répis, car après avoir laissé chez lui l’ami#4, j'ai décidé que pour revenir chez moi, je ne passerais pas par la grande route, mais prendrai plutôt quelques petits chemins de campagne. Je ne pourrai pas rouler aussi vite, mais ce sera moins plate/ennuyeux/somnifère que de rouler en ligne droite. Qu'ai-je rencontré ces routes secondaires ? Tabarnac, encore de la câlisse de construction de mes fesses ! Ajoutons une couche à cette incroyable chance, dans une zone plus étroite, une voiture vient pour me croiser, alors je me serre le plus possible sur la droite de ma voie ; osti de câlisse de tabarnac de criss, je pète mon rétroviseur de droite sur un osti de cône de construction de mes fesses !

Mômaaaaaaaaaan !!!!

Voilà, c’était une tranche de vie de votre serviteur, qui ne servitera probablement plus autant de personnes dans des coins aussi disparates que l’ouest de Montréal et Beloeil.