Autonomie

L’autonomie annoncée pour le Z5 est de 35 heures et atteint même les 40 heures selon le test de GénérationMP3 : c’est clair que ç’a été un critère qui m’a poussé vers ce produit. Je dois dire que j’étais réticent à me procurer un baladeur avec pile interne, car c’est plus contraignant pour les voyages (obligé d’avoir un ordinateur avec port USB sous la main pour recharger) ; cela dit, puisqu’on ne change plus continuellement la pile, cela fait une dépense de moins dans le budget, c’est plus écologique et, avec 35 heures, l’autonomie est respectable.

Je n’ai pas effectué de mesures précises, mais j’ai vraiment l’impression de ne pas atteindre ces 35 heures d’autonomie. Défaut de la pile ? Il faut dire que, par deux fois, j’ai oublié de débrancher le câble USB durant la nuit, alors qu’il n’est pas recommandé de laisser le tout branché plus de 12 heures d’affilé ; j’ose espérer que deux oublis ne sont pas catastrophiques pour la pile, mais sûrement que des oublis fréquents l’endommageraient. Autres choses à prendre en compte : taux d’échantillonage des fichiers, format des fichiers, temps du rétro-éclairage, etc. qui peuvent faire varier sur l’autonomie de la pile ; bref, c’est peut-être un problème qui n’en est pas un.

Radio

Sur mon baladeur SanDisk, j’avais un récepteur FM intégré. Je trouvais cela génial : quand j’étais fatigué d’entendre les mêmes chansons continuellement, je synthonisais simplment la radio. J’avais lu “récepteur FM” dans le test de GMP3, alors j’étais heureux… jusqu’à ce que je déballe mon nouveau Z5 : pas de radio ! En fait, le récepteur FM n’est pas de série ; il faut absolument trouver un F (pour FM) dans le numéro du modèle pour être assuré de la présence du récepteur (ex: YP-Z5FAS). Je l’aurais bien échangé, mais malheureusement, je n’en ai pas trouvé dans les magasins du coin dans mon beau pays des caribous et des castors. :’( Même chose pour l’enregistreur, je présume que ça vient avec le synthoniseur FM… [En fait, il semblerait que le récepteur FM soit de série, mais uniquement sur les modèles européens. Pour les modèles américains, point de synthoniseur.]

Micrologiciel

Le micrologiciel est mis à jour plutôt régulièrement. J’ai eu de la difficulté à comprendre comment se faisait la mise à jour du microprogramme, car ce que je voyais à l’écran de l’ordinateur ne correspondait pas aux captures que je voyais dans le guide d’aide. En fait, la mise à jour se fait hyper simplement, en chargeant le fichier de mise à jour à la racine du baladeur (et non dans un quelconque endroit obscur comme présenté dans le guide d’utilisation). Au débranchement, le lecteur offre la possibilité de mettre le micrologiciel à jour. Ça fonctionne très bien ; j’ai pu mettre à jour le micrologiciel trois fois au moins depuis un mois, sans erreur. On note encore quelques embrouilles de traduction dans les dernières versions du micrologiciel…

L’allumage du baladeur se fait franchement rapidement (3 secondes), comparativement à ce que j’étais habitué avec mon Sansa e140 (au moins une dizaine de secondes). Sur le Sansa, durant le chargement, l’écran affichait la marque du lecteur, le modèle et autre blabla inutile ; avec le Z5, Samsung ne se fait pas de pub : tout de suite au menu ! ... quand le baladeur est placé en mode veille (c'est son comportement normal ; le baladeur s'éteint après quelques heures de non utilisation. Quand le baladeur est éteint, son démarrage est plus long et affiche le logo de Samsung).

Concernant les menus, l’interface est claire et brillante de simplicité. Je n’ai pas tout de suite compris que la fonction “Brouillez Tous” était le mode de lecture aléatoire ! :P (Quand je parlais des traductions aléatoires, c’est entre autre à cela que je pensais.) À cette exception près, je n’ai rien à redire sur l’interface… qui est en couleur ! (C’est la première fois que j’ai un tel écran sur mes baladeurs ; c’est d’un effet !)

Lorsque le baladeur lit une pièce, il peut afficher la pochette de l’album en cours. J’ai cherché un bout de temps pour comprendre comment ça fonctionnait, car il n’y avait aucun renseignement à ce sujet dans le guide d’utilisation. C’est sur le forum de GMP3 que j’ai trouvé ma réponse. D’abord, il faut ranger sa musique dans le dossier “Music” existant dans le baladeur, puis y créer un dossier par artiste, et à l’intérieur un dossier par album. Bref, “Music -> Artiste -> Album”. Enfin, il faut copier manuellement les pochettes d’album dans les dossiers des albums et renommer les fichiers en “folder.jpg”. Je trouve dommage que cela doive être fait à la main pour chaque album, plutôt que automatiquement quand le Z5 fonctionne avec la connectivité en MTP.

Connectivité

Selon le test de GMP3, le lecteur se connecte selon la norme USB MSC à l’ordinateur ; par défaut, le lecteur se connecte avec le protocole MTP. Ce protocole, développé par Microsoft (et particulièrement compatible avec Windows, bien qu’il semble possible de faire fonctionner ce protocole sous d’autres systèmes d’exploitation [avec la libmtp sous Linux]), est intimement lié à la plate-forme Windows Media (et, donc, le Windows Media Player) et permet le transfert de médias vers des périphériques externes, comme de la musique sur les baladeurs numériques. Pour synchroniser sa médiathèque avec son baladeur, j’ai trouvé l’utilisation du Windows Media Player absolument fantastique : tout se synchronise automatiquement et rapidement. Quand un changement à un fichier est effectué, il est automatiquement appliqué à son homologue sur le baladeur au branchement suivant du périphérique. Puisque Windows Media Player gère les pochettes d’albums, j’aurais cru que celles-ci seraient aussi automatiquement transférées sur le baladeur : que nenni. Comme je l’ai mentionné plus haut, il faut tout faire à la main. Pour qui se fout de cette fonctionnalité (après tout, des pochettes, ça occupe de l’espace inutile sur le baladeur), ça ne lui dérangera pas, mais pour qui cela importe, ce sera une tâche longue qui l’attend !

J’ai été surpris de constater que le lecteur se connectait par MTP à l’ordinateur, alors qu’il devait être compatible USB MSC selon le test de GMP3. Encore une fois, aucune information à ce sujet dans le guide de l’utilisateur de Samsung. J’ai finalement trouver comment arriver à mes fins dans les FAQ anglophones du site étasunnien de Samsung : au branchement du fil USB dans le baladeur, on doit maintenir enfoncé quelques secondes la touche de menu pour activer le mode UMS. Si on n’appuie sur aucun bouton, le baladeur se connecte automatiquement par MTP. Dans les nouvelles versions du micrologiciel, on a désormais la possibilité de faire fonctionner le lecteur uniquement en mode USB MSC, ce qui est utile si on ne se sert pas de Windows et de son Media Player (menu Réglages -> Système Info, régler “UMS seul” à oui).

Le machin en lui-même !

GMP3 écrivait que l’ensemble est bien robuste et ne se raye pas, mais prend un petit peu les traces de doigts ; je dirais même plus : le Z5 prend beaucoup les traces de doigts ! On s’en rend compte en regardant les photos affichées dans le test de GMP3, sur la partie chromée autour du baladeur, mais l’écran n’échappe pas à cette torture ! Du coup, j’envisage fortement l’achat d’une pochette protectrice. Néanmoins, je balade mon baladeur à l’air libre, dans ma poche de pantalon, dans mon sac à dos, etc. et l’écran n’est pas rayé. Outre les traces de doigts, l’appareil lui-même non plus n’est pas rayé. Il est en métal, léger et maniable. Il n’a pas vraiment besoin de pochette protectrice, sinon contre les traces de doigts.

Les boutons sont bien positionnées, à mon avis. Le bouton de volume s’atteint très bien avec le lecteur dans la main ou dans la poche. Pareillement pour le bouton “Hold”, qui se trouve au-dessus du lecteur, idéal quand il est dans une poche de pantalon. Quant au pavé tactile, je le trouve un peu bête : Samsung aurait très bien pu mettre tout simplement deux touches “Haut” et “Bas” non-tactiles que ça aurait très bien fait le boulot. Je dirais même que c’est parfois rageant, puisque le centre du pavé est cliquable (c’est, en fait, le bouton “Entrée”) : si on veut valider une commande et qu’on décale légèrement le doigt sur le pavé au même instant, on modifie l’entrée sélectionnée, ce qui fait parfois valider une mauvaise commande. Une chance que le pavé n’est pas hyper-sensible ! Sinon, globalement, l’ergonomie du baladeur en lui-même est bien pensée.

Son

Comme le dit le test de GMP3, le Z5 n’inclut pas d’égalisateur graphique, et on est limité à un choix de 11 présélections. Personnellement, ce choix me suffit largement, mais ce n’est peut-être pas le cas de tout le monde. Ce qui est bien, c’est qu’on remarque vraiment une différence dans le son quand on change de présélection (ce n’est pas le cas partout, où des fois on se demande si la nouvelle présélection a bien été appliquée). [Une mise à jour du micrologiciel apporte un égalisateur à 7 bandes.] N’étant pas un audiophile extrême, je me sers des écouteurs livrés par défaut avec le lecteur ; ils délivrent un son correct.

Conclusion

Bref, dans son ensemble, le Samsung YP-Z5 est un produit qui me satisfait énormément. Très bon son, produit robuste, menu intuitif, beau et propre, bref, il me plaît beaucoup ! Il reste que je suis déçu de ne pas l’avoir trouvé avec un récepteur FM en Amérique. À avoir attendu un peu plus, j’aurais peut-être lorgné du côté du nouveau YP-K5, mais il serait MTP seulement, et j’imagine que son prix de lancement est plus élevé que le Z5…