Le projet de loi DADVSI, pour résumer brièvement, légitimise en effet les dispositifs techniques de contrôle d’usage installés par les éditeurs et les producteurs sur les CD et les DVD. Et surtout, il prévoit des sanctions pénales pour qui s’aviserait de les faire sauter, comme on peut le lire sur le site EUCD.INFO. Ces dispositifs de contrôle, ce sont les DRM ; les grands acteurs impliquées dans l’élaboration et la promotion de ce projet de loi disent de cet acronyme qu’il signifie Digital Rights Management (gestion numérique des droits), mais d’autres, comme Richard Stallman du projet GNU, préfèrent lui donner la signification de Digital Restrictions Management (gestion numérique des restrictions).

Car c’est en effet ce que visent ces système de contrôle: indiquer ce que l’utilisateur a le droit de faire avec son fichier numérique. Le DRM définit donc le nombre de fois qu’un morceau de musique, par exemple, peut être copié d’un ordinateur à un autre, transféré vers un périphérique portable, gravé sur un CD, etc. Pour les promoteurs du DRM, ces mesures visent à protéger les droits d’auteurs et limiter le piratage sur Internet. Seulement, les DRM peuvent aller plus loin, par exemple en limitant la durée de vie d’un fichier ou le nombre de fois qu’il peut être lu. Pire encore: les DRM étant fermés, ils sont déployés et compatibles selon le bon vouloir des développeurs de ces technologies. Ainsi, avec le DRM, l’interopérabilité est remisée. Il sera impossible, par exemple sous les systèmes d’exploitation de type GNU/Linux, de lire du contenu chiffré par un DRM. Et bien sûr, le projet de loi DADVSI rendrait illégal tout système permettant de contourner les dispositifs techniques de contrôle d’usage.

De tels problèmes ne sont pas évoqués, du moins en première page du blog, sur le site lestelechargements.com. Sur Onlike[1], Kynerion note:

Comme dans toute gestion de blog, il y a les articles (billets) et les commentaires. C’est d’ailleurs là que l’on trouve le plus de voix partisanes du téléchargement libre. Mais aussi nombreux soient-ils, ces commentaires ne peuvent pas faire le poids face aux articles et podcasts, pour une raison toute simple de hiérarchie qui veut que dans les blogs, les réactions sont forcément inférieures et noyées dans leur propre masse.

Ainsi, le site lestelechargements.com est partial envers les partisans du projet de loi DADVSI. Pour contrer cela, la Ligue ODEBI appelle au Google bombing pour le site lestelechargements.info, qui est un site… partial contre le projet DADVSI. Mouaip… Dans le fond, c’est: Mon point de vue a un plus gros pagerank que le tiens!

Notes

[1] Prenez quelques minutes pour lire ce court article sur Onlike, qui met en avant quelques problèmes du site lestelechargements.com. Je ressors aussi celui-ci des archives de LSP.