Je suis toujours pour la liberté des choix. À mon sens, les couples homosexuels ont autant le droit de s’unir civilement que les couples hétérosexuels: si amour il y a entre les partenaires, why not? S’ils veulent être reconnus comme étant légalement un couple amoureux, pourquoi n’en auraient-ils pas le droit, alors que les couples hétérosexuels en ont la possibilité?
Et tant qu’on y est, pourquoi interdire les unions civiles polygames? Si amour il y a entre tous les partenaires, pourquoi pas? C’est sûr que plus d’encadrement au niveau légal serait à déterminer (afin de protéger chacun des partenaires), mais je crois qu’éventuellement on pourrait légaliser la polygamie au Canada.

J’ai bien mentionner au niveau civil. Au Canada, comme dans plusieurs pays du reste du monde, nous avons la chance de ne pas vivre dans une théocratie. La séparation entre l’État et l’Église existe. L’État n’a pas à empiéter sur les plates-bandes de la religion: si les unions gaies et/ou polygames sont interdites dans une religion, cette dernière doit avoir le droit de refuser de célébrer l’événement. Mais l’Église n’a pas non plus à empiéter sur les plates-bandes de l’État civil: si le gouvernement fédéral autorise les unions civiles homosexuelles ou polygames, l’Église n’a rien à dire.

Le terme choquant, c’est mariage. Si on se base sur la définition du mariage (selon Larousse, « acte solonnel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une union dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par les dispositions juridiques en vigueur dans leur pays, par les lois religieuses ou par la coutume »), je ne peux que me montrer en total accord avec les opposants aux mariages homosexuels, puisqu’ils ne s’agit pas d’une union entre un homme et une femme. De même que pour les mariages polygames, puisqu’il ne s’agit plus d’une union entre un homme et une femme, mais bien entre plusieurs hommes et femmes.

Pour palier à ce problème, il suffirait d’utiliser un autre mot que mariage. Vous remarquerez que j’utilise le plus souvent possible le terme union; la définition d‘union est plus ouverte: « association ou combinaison de différentes choses, de personnes ». J’ai cru que l’utilisation de ce mot allait régler le cas des mariages gais, puisqu’il enlève la restriction que ce contrat soit effectué entre un homme et une femme. Toutefois, il supprime aussi la restriction quant au nombre de personnes pouvant adhérer au contrat: est-ce une ouverture à la polygamie?