LivreSansPage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dollarama

Magasin fourre-tout où on retrouve du tout et n'importe quoi totalement inutile, donc indispensable. Tout à 1$ !

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 20 avril 2008

Le temps en informatique...

... est perçu vraiment différemment du temps réel. J'ai sans cesse cet étonnement quand, dans un forum informatique, je lis un message utilisant le terme "à l'époque". Par exemple (phrase fictive) : J'ai dû me mettre à Ubuntu sérieusement avec la sortie de la version 6.06, en double-amorçage avec Windows XP à l'époque. Ou encore (toujours fictif) : C'est une fonctionnalité que j'attends depuis l'époque de Dapper. Voire pire (encore fictif) : J'ai acheté un nouvel ordinateur le mois dernier, pour corriger mes problèmes de compatibilité ; à l'époque, mon PC avait une carte graphique non gérée.

Dans ma tête à moi, on réfère à une époque quand on a vécu quelque chose de lointain et qui est marqué d'un évènement marquant, qui crée une coupure nette dans la vie d'une personne. Je ne serais pas surpris d'entendre mes grands-parents me parler de l'époque de leur jeunesse. Mes parents pourraient aussi me parler de l'époque où ils ont décroché leur premier emploi. Et je pourrais même penser à l'époque où j'entrais à l'école primaire. Mais parler d'une époque pour un évènement somme toute banal s'étant produit il y a à peine un mois ou deux ans ? Ça m'étonne encore et encore !

mardi 1 avril 2008

Petite victoire

Hier soir, j'étais en train de dévorer des spaghettis, captivé par ma quotidienne dose de Stargate SG-1 (on ne se refait pas). J'entends alors mon Peupa qui me lance un effroyable cri depuis le sous-sol, à glacer le sang. Il doit encore avoir un problème informatique, je suppose. Cela peut-il attendre la fin de mon émission ? certainement pas. À contre-coeur, je descends le rejoindre. Je me retrouve nez à nez avec un bien charmant courriel, tout de rouge, de gras et de 14 points vêtu. Je lis à peine la première ligne : "Renvoyez vite ce message à tous vos contacts et passez à MSN 8 sinon votre facture d'Internet va augmenter..." "Est-ce que c'est vrai, ce que dit ce message ?", s'enquiert Peupa.

Petite victoire : plutôt que de systématiquement expédier rapidement sans réfléchir un courriel aux allures alarmistes, Peupa a eu la brillance d'esprit de se renseigner[1] quant à la validité des informations véhiculées dans le message. Il a ainsi contribué à mettre fin à une chaîne de lettres et a participé à la préservation de l'habitat naturel des ours polaires. Hourra ! \o/

MSN n’est pas l’unique sujet des chaînes de lettre. S’il vous plaît, lorsque vous relayez des informations à grande échelle, VÉRIFIEZ-EN LA VALIDITÉ !

Pourrier - plein de spam par la poste

Notes

[1] Bon, d'accord, auprès de fiston... Ç'aurait pu être mieux, mais c'est déjà un début. :)

jeudi 27 mars 2008

Au colloque, on a dévoilé un projet secret

Colloque en enseignement 2008 - UQO
Réalisé par l'AMEBES

vendredi 14 mars 2008

Musique de fille

Mardi après-midi. L'école vient de terminer. J'ai passé tout un après-midi à faire de la suppléance auprès de groupes certes pas si difficiles, mais qui m'ont tout de même exténué, après une dure soirée d'un sommeil agité et léger. Pour me relaxer, je suis monté en voiture et je suis allé rouler comme ça, sans but précis. Je quitte le stationnement de l'école, prend la route qui mène à la rivière et monte le son de la radio.

C'est l'heure des émissions du retour à la maison. Des émissions humoristiques qui tentent de faire oublier aux automobilistes qu'ils sont pris dans le trafic sur les ponts en montant des scénarios tous plus abrutis les uns que les autres. Les animateurs à la radio se rient l'un et l'autre. Ils blaguent à propos de l'un d'eux pour dire que s'il aime le hockey, qu'il ne refuse pas une bière et qu'il a une blonde qu'il adore, il a un côté féminin très développé parce qu'il apprécie écouter de la "musique de fille". Madonna, Culture Beat, Snap!, Gloria Gaynor… toutes des formations que les animateurs et les auditeurs ont qualifié faisaient de la "musique de fille".

Honnêtement, je ne sais pas comment réagir à cela. Je déteste que l'on qualifie une chanson ou un genre musical comme une "musique de gars" ou une "musique de fille". Ça me fait hérisser le poil des bras à chaque fois que quelqu'un ose sortir cette supposition. Parce qu'un gars aime la pop-bonbon ou la musique eurodance, par exemple, il est moins homme ? Parce qu'une fille est dingue de ska ou de punk, elle est moins femme ? Je trouve totalement insensé que l'on puisse qualifier les goûts de chacun selon un sexe. D'un autre côté, j'ai envie de les féliciter, car mettre en comparaison que l'animateur a des goûts de gars et de fille, eh bien, ça détruit cette conception que les goûts sont rattachés à un sexe.

Les genres musicaux ne sont pas liés à un sexe en particulier.

- page 2 de 6 -