LivreSansPage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dollarama

Magasin fourre-tout où on retrouve du tout et n'importe quoi totalement inutile, donc indispensable. Tout à 1$ !

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 26 septembre 2008

Vu sur Facebook

un groupe qui, originalement, avait pour but de promouvoir une journée d'école buissonnière à travers tout le Québec le 8 octobre prochain (sans compte Facebook, il est possible que le lien ne fonctionne pas). Heureusement, le chenapan a révisé sa position en changeant le texte descriptif de son groupe :


(Cliquez sur l'image pour lire le texte plus clairement)

Sage décision, le grand.

jeudi 5 juin 2008

Esclavage bloguesque

Lu chez La Rouqine, dans son billet du 29 mai dernier :

Ok. Quand j’ai vu la date de ça : [5 mai 2008,] j’ai compris que là j’avais déconné. Le pire étant que j’ai des trucs à raconter encore! [...] Et histoire de me forcer à prendre 30 minutes pour écrire quelque chose, je vais me fixer une date : lundi. Lundi prochain grand max, je parle de cul.

Et dans les commentaires, depuis lundi : "on est lundi !! ^^, "c’est bon c’est lundi !!!", "Quand tu dis lundi…tu parles de quel lundi ? lundi 2 ou lundi 9 juin ? ou un autre peut-être ?[...]", "Et attention, dans 1h20 on sera mardi ![...]", et pire encore : "Et voila, je le savais… encore une promesse non tenu…" et "Prochain cadeau pour la rouquine: un calendrier…". Mais le pire de tous, d'après moi : "Bon on est mardi… j’attends moi!!!"

Qu'est-ce que je suis content de ne pas publier régulièrement des billets ici, de ne publier mes réactions et pensées que lorsque j'en ai envie, et surtout ne pas être pris d'assaut par des fanatiques lecteurs qui me réclament sans cesse des nouveaux écrits tous plus rocambolesques les uns que les autres ! Bloguer pour soi, pour satisfaire ses propres envies, ou bloguer pour les autres ? Probablement que bien des blogueurs ont déjà répondus à cette question, y ont réfléchi et comprennent leur choix ; les lecteurs y ont-ils pensé, eux ?

(Avant qu'on me le fasse remarquer : oui, j'ai bien noté la touche d'humour de chacun de ces commentaires laissés dans le billet de La Rouqine. Humour ou pas, ça reste une sollicitation, ce que je ne supporte pas...)


"An Introduction", par Idiacanthus

dimanche 20 avril 2008

Le temps en informatique...

... est perçu vraiment différemment du temps réel. J'ai sans cesse cet étonnement quand, dans un forum informatique, je lis un message utilisant le terme "à l'époque". Par exemple (phrase fictive) : J'ai dû me mettre à Ubuntu sérieusement avec la sortie de la version 6.06, en double-amorçage avec Windows XP à l'époque. Ou encore (toujours fictif) : C'est une fonctionnalité que j'attends depuis l'époque de Dapper. Voire pire (encore fictif) : J'ai acheté un nouvel ordinateur le mois dernier, pour corriger mes problèmes de compatibilité ; à l'époque, mon PC avait une carte graphique non gérée.

Dans ma tête à moi, on réfère à une époque quand on a vécu quelque chose de lointain et qui est marqué d'un évènement marquant, qui crée une coupure nette dans la vie d'une personne. Je ne serais pas surpris d'entendre mes grands-parents me parler de l'époque de leur jeunesse. Mes parents pourraient aussi me parler de l'époque où ils ont décroché leur premier emploi. Et je pourrais même penser à l'époque où j'entrais à l'école primaire. Mais parler d'une époque pour un évènement somme toute banal s'étant produit il y a à peine un mois ou deux ans ? Ça m'étonne encore et encore !

vendredi 14 mars 2008

Musique de fille

Mardi après-midi. L'école vient de terminer. J'ai passé tout un après-midi à faire de la suppléance auprès de groupes certes pas si difficiles, mais qui m'ont tout de même exténué, après une dure soirée d'un sommeil agité et léger. Pour me relaxer, je suis monté en voiture et je suis allé rouler comme ça, sans but précis. Je quitte le stationnement de l'école, prend la route qui mène à la rivière et monte le son de la radio.

C'est l'heure des émissions du retour à la maison. Des émissions humoristiques qui tentent de faire oublier aux automobilistes qu'ils sont pris dans le trafic sur les ponts en montant des scénarios tous plus abrutis les uns que les autres. Les animateurs à la radio se rient l'un et l'autre. Ils blaguent à propos de l'un d'eux pour dire que s'il aime le hockey, qu'il ne refuse pas une bière et qu'il a une blonde qu'il adore, il a un côté féminin très développé parce qu'il apprécie écouter de la "musique de fille". Madonna, Culture Beat, Snap!, Gloria Gaynor… toutes des formations que les animateurs et les auditeurs ont qualifié faisaient de la "musique de fille".

Honnêtement, je ne sais pas comment réagir à cela. Je déteste que l'on qualifie une chanson ou un genre musical comme une "musique de gars" ou une "musique de fille". Ça me fait hérisser le poil des bras à chaque fois que quelqu'un ose sortir cette supposition. Parce qu'un gars aime la pop-bonbon ou la musique eurodance, par exemple, il est moins homme ? Parce qu'une fille est dingue de ska ou de punk, elle est moins femme ? Je trouve totalement insensé que l'on puisse qualifier les goûts de chacun selon un sexe. D'un autre côté, j'ai envie de les féliciter, car mettre en comparaison que l'animateur a des goûts de gars et de fille, eh bien, ça détruit cette conception que les goûts sont rattachés à un sexe.

Les genres musicaux ne sont pas liés à un sexe en particulier.

- page 1 de 5